Membres

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 35 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Faites nous connaitre !

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
17 Abonnés
Visites

 184469 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

     C'est en 1929 que deux mécaniciens de grande qualité, Joanny MAHEU et Claude LABROSSE décident de racheter une entreprise lyonnaise de construction automobiles, les établissements MIEUSSET qui sont touchés par la crise.
 MIEUSSET construisait, outre des automobiles, des pompes à incendie à pistons, des moto-pompes et quelques véhicules incendie. (voir au musée des Sapeurs-pompiers de Lyon la superbe autopompe de 1914.)

 

       Se consacrant dans un premier temps à la mécanique générale, MAHEU et LABROSSE sont bientôt amenés à réparer pompes et moto-pompes MIEUSSET, tandis que leurs clients les incitent à envisager leur propre fabrication de ce genre de matériels, ce qui ne se fera que très progressivement.

       Avant 1940, outre des moto-pompes, un seul véhicule est construit, un fourgon-pompe sur châssis Berliet VMSD équipé d'une pompe à huit pistons rotatifs de 80 m3/h. (Voir "Les véhicules d'incendie à Lyon" de Jacques Périer).

       Dès 1948, la fabrication prend un essor important, de nouveaux modèles de pompes centrifuges avec amorçage par anneau d'eau sont crées en 6, 30, 60, m3/h. MAHEU-LABROSSE est le premier en France à présenter à l'agrément nouvellement instauré une motopompe de 30 m3/h qui subit avec succès en juillet 1948 l'essai de fonctionnement de 8 heures considéré à l'époque comme difficilement réalisable. Cette moto-pompe avec moteur PEUGEOT 202, pompe à deux étages avec amorçage par les gaz d'échappement a servi de test pour la rédaction de la norme 63101 publiée un an plus tard

- Agrément accordé le 9 août 1948 -

        Puis, dès la fin des années 50, les équipements de véhicules se succèdent :


                                         -   CCFl sur jeep ou dodge
                                         -  CCFM sur Renault Galion 4x4 Sinpar
                                         -  CCFL sur GMC
                                         -  PSL sur Renault Galion
                                         -  FPT sur Citroën 46 CDU

         En 1963, un véhicule que l'on peut qualifier de révolutionnaire est étudié et rapidement réalisé. C'est un CCFM sur châssis UNIMOG S 404 113 dont les performances en tous terrains (confortées par un équipement bien adapté, monté sur une plate forme rigide articulée sur balancier) laissent loin derrière les véhicules concurrents lors de nombreuses démonstrations. 
Plus de 250 de ces véhicules types MLS 30 puis MLS 31 seront vendus. Il ont inspiré les générations suivantes de CCFM chez d'autre constructeurs.

         Trop à l'étroit dans ses locaux de la rue Bellecombe à Lyon, l'usine s'installe à St-Priest en 1967 sur un terrain de 6000 m2 et dès lors les fabrications se diversifient et se multiplient.

       Dès 1967 :

                                             -   FPT sur Citroën PY 700
                                             -   PSl  sur Citroën 350 N SP
                                             -   CCFM sur UNIMOG 416, premier véhicule de série agrée avec un moteur diesel (avec dérogation)

         Fin 1971, l'arrêt de fabrication du châssis Citroën  PY 700 place MAHEU-LABROSSE dans une situation difficile car des promesses leur avaient laissé entendre qu'il pourraient acquérir le nouveau Berliet GAK 20 H ce qui ne fut pas le cas, ce châssis non commercialisé étant réservé à un établissement concurrent nouvellement créé.
Plusieurs mois étant perdu, il fallut étudier dans l'urgence un nouveau FPT.
L'expérience acquise avec le CCFM UNIMOG 416 équipé d'un moteur diesel qui démarrait bien mieux que les moteurs à essence quelles que soient les conditions climatiques conduit à rechercher un châssis diesel, à l'encontre des convictions des sapeurs-pompiers qui ne concevaient pas qu'un tel véhicule puisse être performant.

          Deux châssis furent retenus:

          - le SAVIEM SM7 SP 110, moteur 798 turbo équipé en type ML 772, agréé en novembre 1972 (2-73)

           - le MERCEDES-BENZ LP 1113, moteur OM 352 A turbo équipé en type ML 1372, agréé en novembre 1972 (12-73)

            La superbe double cabine de ce dernier véhicule, construite avec des éléments MERCEDES était certainement la plus vaste réalisée pour un FPT.
Ce véhicule très performant connut un grand succès et ouvrit la voie à toutes les générations suivantes de FPT. Dès lors, le moteur diésel s'impose.

            De 1971 à 1980 c'est l'age d'or pour MAHEU-LABROSSE. L'entreprise fabrique elle même une grande partie des composants, faux châssis, citernes, coffres, dévidoirs, pompes, boites de coupure, multiplicateurs et certaines double-cabines.
Un nouvel atelier de tôlerie et une fonderie de bronze sont construits.
De nouvelles pompes sont étudiées et réalisées pour répondre aux dernières normes, 1000-10, 1000-15 et multipressions.
Les nouveaux modèles de véhicules se succèdent. La production moyenne est de 100 véhicules et 130 moto-pompes par an avec un effectif inférieur à 50 personnes.

          En 1980, SIDES prend une part majoritaire dans l'entreprise. Dès lors, MAHEU-LABROSSE va bénéficier du soutien technique de SIDES mais en contre partie, va perdre son identité.

          En 1981, la fabrication des pompes pour véhicules est abandonnée. Elle sont remplacées par des pompes SIDES. Seules les pompes pour moto-pompes sont encore produites à St PRIEST.

           En 1982, commence la construction de véhicules sur plans SIDES (CCFM et FPT). Les véhicules de conception MAHEU-LABROSSE vont se raréfier et devenir marginaux (berces 6000 litres, VIP pour le GARD, VSRM, VDR, CCFl 300 GD, CCFM U 1300 L pour le VAR, CCI 4X4 ...). Le dernier véhicule agréé par la société MAHEU-LABROSSE est un CCF 4000 type ML BR 30 sur châssis Thomas BR 10-17 agréé 49.07.87 A en octobre 1987 et livré à VALENCE (26)

             Fin 1988, bien que le carnet de commande soit normalement garni et que la situation financière soit saine, SIDES décide de fermer MAHEU-LABROSSE et de reprendre à St NAZAIRE les fabrications de matériel normalisé. L'absorption sera réalisé en 1989.

             Le dernier véhicule sorti de St PRIEST est un VSRM 400 sur châssis RVI S100, de conception MAHEU-LABROSSE, le 20 janvier 1989.

              Il a été livré aux sapeurs-pompiers de la Communauté Urbaine de Lyon.

 


Date de création : 27/03/2012 : 15:24
Dernière modification : 30/03/2012 : 13:36
Catégorie : - Historique
Page lue 6912 fois
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !